Enseigner aux élèves à préparer des discours à court préavis

De nombreuses écoles secondaires du monde entier organiseront des concours de prise de parole en public pour leurs élèves.

En fait, il y a souvent des concours externes qui réunissent des élèves de nombreuses écoles pour évaluer leurs compétences en expression orale. Tous les étudiants auront un discours préparé à prononcer. Ensuite, pendant le concours, il leur sera demandé de prononcer un bref discours sur l’un des nombreux sujets. On leur donne généralement du temps, aussi longtemps que le discours, loin de l’auditorium pour se préparer. Cet article examine comment un étudiant pourrait organiser le discours et quelles stratégies ils pourraient utiliser dans le discours. Comment organiser: N’oubliez pas qu’il s’agit d’un discours. Vous avez besoin d’une introduction qui capte l’attention du public. Vous avez besoin d’un corps qui développe un point principal. En règle générale, vous avez besoin de trois minutes pour développer un point. Enfin, vous avez besoin d’une conclusion qui cadre avec votre ouverture. Votre discours a besoin d’un thème pour le relier. Décidez rapidement. Avoir un thème et une bonne ouverture permet à votre subconscient de travailler plus tôt qu’il ne le dit réellement. Par conséquent, votre discours semblera fluide et bien pensé pour votre public. Il est préférable qu’il contienne des expériences personnelles car personne ne connaît votre histoire, il n’y a donc pas d’omissions ou d’erreurs. Par conséquent, il est facile de créer un attrait émotionnel pour impliquer votre public. Stratégies que vous pourriez utiliser: il y en a beaucoup que vous pourriez utiliser. Le premier groupe de suggestions serait particulièrement utile pour les débutants ou ceux du secondaire. Ce sont: Comment, Quand, Où, Pourquoi, Quoi, Qui A propos de votre thème Suivi de votre thème à travers le passé; le présent et l’avenir Envisager la question à travers les yeux d’un enfant, d’un adolescent et d’un adulte En la reliant aux événements actuels En la regardant au niveau local, régional, national et international Histoire personnelle Les suggestions suivantes donneraient aux élèves plus âgés plus de latitude pour montrer leur compétence. Ce sont: Social, politique, économique Convictions personnelles Argument oui / non Cause et effet Échec et succès Reliez votre discours aux problèmes actuels N’oubliez pas de souligner que le titre du discours devrait attirer l’élève vers le sujet qu’il / elle pourrait développer, ce qui devrait conduire à la sélection de l’une des stratégies ci-dessus. Si l’esprit est bloqué, l’élève doit rapidement revenir à une histoire ou une expérience personnelle. Enfin, pourrais-je partager avec vous ma propre expérience dans un concours de discours à court préavis? J’ai dû sélectionner un titre de chapeau. Tout ce que j’ai obtenu était un morceau de papier avec un point au milieu. Au début, je pensais que c’était une erreur, mais je perdais déjà mon temps de planification. Par conséquent, en tant que professeur de mathématiques et en introduisant récemment le concept d’un point, j’ai discuté de ce sujet comme étant le sujet de mon discours. J’ai raconté la différence entre un point de géométrie et un discours quotidien normal. Le rôle que j’ai obtenu pour le discours a été, en fait, un échec, mais le discours a quand même réussi. Elle a simplement montré qu’une erreur peut être le résultat d’un bon discours à court préavis.

Qu’est-ce qui détermine la validité des avis de renonciation au Nigéria: exactitude technique ou justice substantielle?

Avant les Première et Seconde Guerres mondiales, la relation propriétaire-locataire était abusive et exploitante; le propriétaire exerçait et exerçait d’énormes pouvoirs sur son locataire.

Vous aviez le droit d’expulser votre locataire à tout moment, sans raison, en utilisant la force ou d’autres moyens d’auto-assistance. Vous n’aviez aucune obligation d’informer le locataire de votre intention de résilier la location ou de reprendre possession de vos locaux. De plus, le propriétaire pouvait augmenter unilatéralement le loyer payé par le locataire et le locataire était tenu de payer l’augmentation du loyer ou de déménager. Le locataire n’était pas en mesure de remettre en cause l’augmentation du loyer, cependant, cette augmentation était arbitraire ou injustifiée. Cette oppression, exploitation et abus des locataires par les propriétaires exigeait la promulgation de lois sur les propriétaires et les locataires afin de protéger les locataires de l’arrogance des propriétaires. Les locataires bénéficient actuellement d’un certain nombre de protections en vertu de ces lois. Au Nigéria, la législature aux niveaux fédéral et des États a promulgué diverses lois pour réglementer les relations propriétaire-locataire. Des exemples de ces lois au Nigéria comprennent la loi de 2011 sur la location de l’État de Lagos, la loi sur la récupération des locaux, Abuja et les diverses lois sur le contrôle des revenus et la récupération des locaux des différents États du Nigéria. C’est en raison de la promulgation et de l’application de ces lois qu’il est désormais illégal et, en fait, c’est une infraction pénale d’expulser de force ou de tenter d’expulser de force un locataire de l’occupation légale de tout local. Un propriétaire qui souhaite reprendre possession des locaux de son locataire doit demander au tribunal une ordonnance de récupération des locaux de son locataire. (Voir les articles 16 et 44 (1) de la loi de 2011 sur l’État foncier de Lagos). C’est également en vertu de ces lois qu’un locataire peut désormais contester toute augmentation de loyer qu’il juge prohibitive, injustifiée ou arbitraire. (Voir l’article 37 de la loi sur la location de l’État de Lagos.) Plus important encore, c’est en vertu des dispositions de ces lois que le propriétaire est mandaté et tenu de servir le locataire qui souhaite quitter son logement avec des avis. de son intention de résilier le bail, ainsi que de son intention de demander à un tribunal de reprendre possession de ses locaux. Par exemple, l’article 13 de la loi de 2011 sur la location de l’État de Lagos établit que lorsque la notification qui doit être donnée par l’une ou l’autre partie pour déterminer un bail périodique n’est pas stipulée, les dispositions suivantes s’appliquent: (a) un préavis d’une semaine pour locataire à volonté; (b) un (1) mois de préavis pour un locataire mensuel; (c) préavis de trois (3) mois pour un locataire trimestriel (d) préavis de trois (3) mois pour un locataire semestriel; e) un préavis de six mois à un locataire annuel. En plus des avis mentionnés ci-dessus, le propriétaire est également tenu d’informer le locataire avec un préavis de sept (7) jours de son intention de demander au tribunal de reprendre possession de ses installations. En outre, un locataire en vertu d’un bail à durée déterminée a droit à un avis de sept (7) intentions du propriétaire de demander au tribunal de reprendre possession (voir l’article 13 (5) de la loi sur les baux de l’État. De Lagos, 2011). Encore une fois, conformément à l’article 14 de la loi de 2011 sur la location de l’État de Lagos, un titulaire de licence qui occupe les locaux a droit à un préavis de sept (7) jours de l’intention du propriétaire de reprendre possession des locaux de son titulaire de licence. Il convient de souligner que le fait d’exiger la signification de ces mentions légales aux locataires par les propriétaires est de garantir la tenure des locataires ainsi que de prévenir les expulsions illégales ou forcées. C’est cette volonté de sécuriser la tenure des locataires et de les protéger des expulsions illégales et forcées qui a donné naissance à la norme ou à la politique des tribunaux nigérians qui, puisque les mentions légales ont été conçues pour la protection du locataire, tout défaut, défaut, irrégularité l’erreur, l’omission ou la déviation, par légère ou insignifiante, qu’elle est ou est commise en relation avec le problème, le service, le contenu ou la forme de tout avis juridique, rend ces avis invalides et sans effet. Non seulement cela, toute action, action ou demande prise sur la base d’une telle notification invalide est nulle et non avenue. Par conséquent, c’est pour cette raison que la récupération des locaux en vertu de la loi nigériane est très technique et nécessite le strict respect des dispositions de la loi ou, sinon, toute la procédure sera nulle. omissions, défauts, irrégularités ou irrégularités commises.

Stand Up Comedy Writing – Points de vue

Cet article explore les vues de comédie debout.

Dans l’écriture comique debout, les blagues qu’il raconte en utilisant différents points de vue offrent des expériences au sein des relations et des environnements qui créent des associations. Lorsque vous plongez dans un nouvel environnement comme une autre personne, un animal ou un objet, profitez du nouveau rôle pour créer encore plus de matériel pour de futures blagues. Lorsque vous devez devenir un autre personnage, prenez votre temps pour l’étudier et décider de votre personnalité et de votre vie. Utilisez-le pour entrer dans votre personnage et lui permettre d’avoir une partie de sa blague qui soit significative pour le résultat de la blague. Pour écrire une comédie debout, créez des blagues non seulement en les écrivant, mais en imaginant vraiment comment votre personnage peut agir dans une situation spécifique. Cela peut se prêter à un nouvel arsenal de blagues. Pour acquérir du nouveau matériel en utilisant différents points de vue, prenez le temps d’approfondir la vie de votre personnage et utilisez l’improvisation pour explorer différentes situations. Utilisez le présent Le public aura plus de facilité à se connecter et à suivre son écriture comique debout si vous êtes en train de le faire. C’est un enseignement courant pour les acteurs et les actrices; D’une certaine manière, chaque bande dessinée est un acteur ou une actrice. Prenez tout, même s’il est écrit au passé, et créez l’allusion que cela se produit en ce moment. Lorsque vous utilisez cette suggestion dans vos vues de comédie debout, il peut être préférable de permettre au personnage d’être dans le présent et que le narrateur reste où il est. La plupart des points de vue du narrateur sont dans le passé, le futur ou le fantasme, car ils observent et ne participent pas. (Lorsque toute la routine est du point de vue du narrateur, rien ne peut être rapporté pour le moment). Cependant, lorsque vous assumez les rôles de deux personnages différents (dans la plupart des cas, vous et l’autre personnage), vous devenez un participant à l’expérience et au partage comme si cela se passait maintenant devant le public. Un autre personnage découvrira bientôt qu’en matière d’écriture comique, plus vous commencez à personnifier tous les autres personnages de votre matériel, y compris les personnalités, les descriptions, les actions et les gestes, plus la profondeur et l’étendue de votre matériel sont grandes. L’un des moyens les plus efficaces de faire rire les gens, qui est souvent négligé, est de montrer au public qui ou ce que fait ou fait son autre personnage. L’astuce n’est pas de dire au public ce que cette personne ou quelque chose dit ou fait, mais de le garder pour vous. Les autres personnages ne doivent pas toujours être des gens; Il peut également s’agir d’animaux, d’arbres ou d’émotions. Étant donné que la plupart des gens ont déjà tendance à exprimer leurs pensées et leurs émotions pour leurs animaux, il s’agit d’une personnification facile pour les auteurs de comédie debout. Utiliser des objets ou des émotions peut être un peu plus difficile, mais en utilisant ce que vous savez déjà, vous pouvez vous exprimer comme ces autres personnages; Tu es seulement limité par ton imagination.

Les fêtes d’Israël et du judaïsme: les chrétiens devraient-ils les garder?

Les fêtes et les cérémonies d’Israël et du judaïsme ont récemment connu un renouveau dans certains cercles chrétiens grâce aux efforts de certains dirigeants de l’église pro-judaïque. C’est une tendance troublante pour toutes les raisons bibliques que je vais présenter dans cet article. ces dirigeants «pro-judaïsme» semblent oublier intentionnellement que l’offre de sacrifices d’animaux faisait partie intégrante de toutes ces cérémonies et fêtes. S’ils ont raison de dire que nous devons garder ces «vieilles conventions», alors nous devons également offrir les sacrifices d’animaux qui étaient au cœur de ces cérémonies et fêtes. Bien sûr, les enseignants pro-judaïsme contemporains réalisent qu’une telle idée serait totalement rejetée, car tous les chrétiens savent que le sacrifice du Christ a remplacé l’offrande des animaux. Par conséquent, ils évitent commodément de mentionner l’un des principaux objectifs de ces fêtes, les sacrifices d’animaux, lorsqu’ils approuvent leur observance. L’essentiel est que ces enseignants ne gardent pas vraiment les fêtes elles-mêmes, parce que vous ne pouvez pas le faire sans les sacrifices d’animaux. Il n’y a pas de place dans toutes les Écritures où Dieu a jamais approuvé une «fête partielle», où vous gardez certaines parties de la fête, mais pas d’autres. Ceci est une concoction artificielle de défenseurs contemporains, pro-Judaïsme. Soit vous gardez les fêtes comme Dieu l’a ordonné, et vous offrez les sacrifices d’animaux qu’Il a ordonnés, ou vous ne les gardez pas du tout, parce que vous réalisez qu’ils ont été accomplis par Jésus.

Nous examinerons de nombreuses Écritures qui révèlent l’accomplissement et la fin de ces événements religieux de l’Ancienne Alliance. Éphésiens 2: 11-16 déclare que Jésus a aboli une loi de commandements avec des «ordonnances», qui séparaient juif et gentil. Colossiens 2: 13-17 déclare que Jésus a effacé quelques écritures d’ordonnances ou d’exigences, et les a clouées à la croix; et, parce qu’Il a fait cela, personne ne devrait être jugé concernant la nourriture, la boisson, les nouvelles lunes, les sabbats spéciaux ou les fêtes, parce qu’ils sont seulement une « ombre » des choses à venir. Le mot grec original, heorte, qui est traduit comme fêtes, jours saints ou festivals dans ce texte, est traduit par fêtes toutes les 26 fois il est utilisé ailleurs dans le Nouveau Testament, donc, « fêtes » est le mot correct.

Quelle loi des ordonnances ou des exigences, qui était pleine d’ombres ou de symboles des choses à venir, est l’apôtre Paul déclarant avoir été aboli et cloué à la croix? Quelle loi contenait des exigences concernant la nourriture, la boisson, les fêtes, les nouvelles lunes et les sabbats?

Nous savons que Paul ne fait pas référence à la Loi Morale des Dix Commandements, parce que les Dix Commandements ne mentionnent pas la nourriture, la boisson, la nouvelle lune ou les exigences de la fête, et aussi parce que le mot grec « , qui n’est jamais traduite en loi ou en commandements une seule fois dans le Nouveau Testament. Tout bon étudiant biblique sait que la seule réponse biblique possible et logique est les diverses lois et ordonnances cérémoniales de l’Ancienne Alliance concernant les fêtes et autres jours spéciaux, qui avaient effectivement des exigences et des instructions concernant la nourriture, la boisson, les nouvelles lunes, les sabbats spéciaux, De plus, toutes ces choses étaient en effet des ombres ou des symboles des choses à venir concernant le Messie à venir, Son ministère et Son expiation. Par conséquent, les lois cérémonielles et les ordonnances contenant ces fêtes, nouvelles lunes, besoins en nourriture et en boissons, et les «sabbats spéciaux» de l’Ancienne Alliance, sont évidemment ce que Paul déclare que Jésus a aboli et cloué à la croix. Pourquoi ferait-il ça? Parce qu’ils n’étaient que des symboles de Lui, son ministère et son expiation qu’Il avait accompli, il n’y avait plus besoin des symboles. Dans 2 Corinthiens 1: 19-20, on nous dit que « toutes » les promesses de Dieu reçoivent leur « Oui » et « Amen » en Jésus-Christ. En d’autres termes, Jésus est l’accomplissement de tous.

Le livre des Hébreux contraste les différences entre la «première» ou la «vieille» alliance de l’Ancien Testament, avec la «seconde» ou «nouvelle» alliance que Jésus a établie dans le Nouveau Testament. Hébreux déclare spécifiquement que l’Ancienne Alliance était seulement symbolique de la Nouvelle Alliance qui devait venir, et que l’Ancienne Alliance est maintenant obsolète et a été enlevée par Jésus! Hébreux définit aussi clairement cette Ancienne Alliance comme représentant le tabernacle terrestre de l’Ancien Testament et ses services et sacrifices. Il se réfère à eux comme étant seulement « une ombre de bonnes choses à venir ». C’est le même libellé utilisé par Paul dans Colossiens pour décrire ce qui avait été « effacé » et cloué à la croix, et qui comprenait « les fêtes et les nouvelles lunes ». Le Nouveau Testament ne laisse aucun doute sur le fait que les diverses cérémonies, ordonnances et fêtes de l’Ancienne Alliance ont été accomplies et se sont terminées en Jésus-Christ.

Le livre des Hébreux nous dit que la première alliance avait un sanctuaire terrestre avec des ordonnances de service, et elle dit que ce tabernacle terrestre avec ses prêtres, sacrifices et services, n’était qu’une ombre de la réalité céleste, et que Jésus est le vrai Haut Prêtre, qui exerce son ministère dans le véritable tabernacle du ciel (Hébreux 8: 1-5, 9: 1-5). Hébreux déclare aussi que la première alliance s’est avérée défectueuse, donc, une alliance nouvelle et meilleure a été établie liée au ministère plus excellent de Jésus, et elle proclame que l’Ancienne Alliance avec tous ses sacrifices, était seulement une ombre de bonnes choses à venir, et ne pouvait pas rendre les gens parfaits (Hébreux 8: 6-8; 10: 1-8) Il est également significatif que cette Ancienne Alliance et ses sacrifices soient considérés comme un « type de loi » (Hébreux 10: 1; Souvenez-vous que le livre des Éphésiens du Nouveau Testament disait qu’une «loi» contenant des ordonnances avait été abolie par Jésus-Christ.

Hébreux déclare aussi que le sanctuaire terrestre et ses ordonnances de service n’étaient que symboliques ou figuratifs; seulement être imposé jusqu’au moment de la réforme, parce que ces services terrestres ne pouvaient pas changer la conscience; de plus, il est dit que Christ est venu pour négocier une « Nouvelle Alliance », qui accomplirait ce que la première alliance ne pouvait pas faire, qui est le nettoyage de la conscience (Hébreux 9: 9-15). Hébreux nous dit alors que lorsque Jésus a établi la deuxième alliance, il a pris le premier; de plus, il stipule en outre que cette Nouvelle Alliance a rendu la première alliance «obsolète» et l’a fait disparaître (Hébreux 8:13; 10: 9).

Le Nouveau Testament dit clairement que la première alliance de l’Ancien Testament, avec toutes ses cérémonies, ordonnances, fêtes et services, a été accomplie et terminée par Jésus Christ, et ne lie plus les chrétiens. C’est probablement la raison pour laquelle la Bible utilise une terminologie différente lorsqu’elle mentionne les fêtes dans le Nouveau Testament, que dans l’Ancien Testament. À de nombreuses reprises dans l’Ancien Testament, les fêtes sont appelées fêtes du Seigneur ou fêtes du Seigneur. Par exemple, la Pâque s’appelait la « Pâque du Seigneur » (Exode 12:11, 12:27, Lévitique 23: 5). La Fête des Tabernacles était appelée « fête du Seigneur » (Lévitique 23:34; 23:39). Ils étaient les « fêtes du Seigneur » parce qu’Il les avait établies, et aussi parce qu’ils rappelaient aux gens le Messie à venir, Son ministère et son expiation. Cependant, une fois que Jésus est venu et a accompli sa mission, en accomplissement de ces cérémonies, fêtes et rituels de l’Ancienne Alliance, ils étaient inutiles et hors de propos. C’est probablement pourquoi le Nouveau Testament ne se réfère jamais à eux comme les fêtes du Seigneur.

Une fois que Jésus a accompli sa mission, ces fêtes et cérémonies de l’Ancienne Alliance n’étaient rien de plus que des rituels inutiles. En fait, dans l’Évangile de Jean, qui était l’un des derniers livres du Nouveau Testament écrits, probablement au moins vingt ans après la destruction de Jérusalem en accomplissement de la prophétie de Jésus; Jean se réfère à plusieurs reprises à ces fêtes comme des fêtes juives, plutôt que les fêtes du Seigneur. Au lieu de la Pâque du Seigneur, il l’appelle «la Pâque des Juifs» (Jean 2:13, 6: 4, 11:55). Au lieu d’appeler la Fête des Tabernacles une fête du Seigneur, il l’appelle «la fête des tabernacles des Juifs» (Jean 7: 2). De plus, dans Jean 5: 1, il se réfère à une autre « fête des Juifs ».

C’est aussi pourquoi vous ne trouvez aucune référence aux gentils convertis au christianisme dans le Nouveau Testament, étant tenus de garder les fêtes de l’ancienne alliance. En fait, lorsque les apôtres ont tenu leur réunion officielle pour discuter des exigences des croyants non juifs dans le chapitre 15 des Actes, les seules exigences cérémonielles additionnelles de l’Ancien Testament étaient de s’abstenir de sang, d’étranglement, de fornication et de nourriture offerte. aux idoles. Il n’y avait pas de fêtes requises ou de nouvelles lunes, parce que ces choses avaient été accomplies et terminées par Jésus. Il est à noter que, en réponse à l’affirmation des pharisiens selon laquelle les gentils devaient être circoncis et gardaient la « loi de Moïse » (Actes 15: 5), Pierre dit: « Pourquoi testez-vous Dieu en mettant un » joug « sur le le cou des disciples que ni nos pères ni nous n’avons pu porter (Actes 15:10)?  » Selon cette Ecriture, ceux qui tentent d’appliquer les lois cérémonielles de Moïse dans l’ère évangélique du Nouveau Testament, à l’exception des quatre objets cérémoniels que les apôtres ont spécifiquement mentionnés comme étant toujours requis, testent Dieu et «placent des jougs». sur les gens. Nous ne voulons pas être reconnus coupables d’une accusation aussi grave.

Il est également significatif que, comme Paul et ses compagnons ont traversé les villes païennes en déclarant la décision des apôtres (Actes 16: 4), le mot grec original utilisé pour le décret des apôtres est « dogme ». Pourquoi est-ce important? C’est le même mot utilisé dans Colossiens 2:14 pour décrire les lois ou les ordonnances cérémonielles des Juifs qui comprenaient la nourriture, la boisson, les nouvelles lunes, les jours spéciaux de sabbat et les fêtes mentionnées dans Colossiens 2:16. En d’autres termes, le «dogme / décret» des apôtres dans Actes 16: 4 traitait du même sujet discuté dans Colossiens 2: 14-17; c’est, encore une fois, ces nourritures, boissons, nouvelles lunes, jours spéciaux de sabbat et fêtes de tout le système cérémoniel juif. Et, sur tout ce «dogme» cérémonial juif, qu’est-ce que les apôtres ont déclaré être toujours pertinent dans l’Église du Nouveau Testament? Juste les quatre choses mentionnées précédemment, qui n’incluaient pas de «fêtes ou nouvelles lunes», etc. (Note: La loi morale des Dix Commandements était évidemment toujours supposée être obligatoire pour les gentils.) Parce que les apôtres ne le diraient certainement pas. ils ne pouvaient pas dire que les gentils ne pouvaient pas commettre de fornication, mais que c’était correct de commettre l’adultère. Il était logique de conclure que la loi morale des dix commandements était incontestablement encore obligatoire, et que les apôtres ne faisaient que dresser la liste des seuls quatre éléments des lois cérémonielles qui étaient nécessaires en plus de la loi des Dix Commandements de Dieu à l’ère du Nouveau Testament.)

En plus de toutes les preuves bibliques que nous avons examinées concernant l’accomplissement et la fin des cérémonies et des fêtes de l’Ancienne Alliance, le Nouveau Testament émet également des avertissements sévères contre ceux qui tentent d’exiger l’obéissance à ces ordonnances de l’Ancienne Alliance. Paul nous avertit de ne pas être amenés en « servitude », en observant les jours, les mois, les saisons et les années (Galates 4: 9-10). En outre, il dit à ceux qui ont commencé à observer ces choses qu’il a «peur» pour eux, parce qu’il craint que ses efforts évangéliques en leur faveur aient été vains (Galates 4:11). Il est également significatif que ceux qui enseignent aux gens à observer la circoncision et ces «jours spéciaux de l’ancienne alliance» soient dénoncés dans la Bible. Ils sont appelés faux frères et espions, et sont accusés d’ensorceler les gens et de pervertir l’évangile du Christ en prêchant un « évangile différent » (Galates 1: 6-7; 2: 4; 3: 1). Ils sont appelés maudits et on dit qu’ils sont « sous acurse », et ils sont accusés de mettre les gens dans l’esclavage et de faire que les gens soient séparés ou « séparés de Christ », et ainsi « tomber de la grâce » (Galates 1: 8- 9; 2: 4; 3:10; 5: 1; 5: 4). Finalement, la Bible déclare que ces faux enseignants légalistes porteront leur jugement (Galates 5:10).

C’est une affaire sérieuse! Dieu ne tolère évidemment pas que les gens ajoutent à l’évangile. Il déclare clairement que tous ceux qui le font porteront leur jugement. Pourquoi? Le Nouveau Testament enseigne clairement que Jésus a accompli toutes les cérémonies, les ordonnances et les fêtes de l’Ancienne Alliance. Il était le «parfait accomplissement» de chacun d’entre eux. C’est pourquoi Paul a même déclaré que Christ Lui-même est notre Pâque (1 Corinthiens 5: 7), qui était l’une des fêtes juives les plus estimées. La Pâque et toutes les autres fêtes n’étaient que des symboles du Messie à venir, de son ministère et de son expiation. Jésus-Christ est la réalité et l’accomplissement. Par conséquent, nous n’avons plus besoin des symboles.

Nous devons croire que Jésus a accompli tout complètement et parfaitement. Demander à quelqu’un d’exiger que nous continuions à interpréter ces symboles de l’Ancienne Alliance, en plus de l’accomplissement de Jésus par eux, signifie implicitement qu’il ne les a pas parfaitement accomplis. Il revient à un système «Jésus Plus», qui contredit la Bible, pervertit l’évangile et insulte indirectement Jésus en impliquant qu’il n’a pas complètement et complètement rempli et achevé sa mission. Ce n’est pas une coïncidence si, comme Jésus proclamait «c’est fini», alors que sur la croix, le voile qui séparait les lieux saints et très saints du temple était déchiré. (Le Lieu Très Saint était seulement visible et accessible au Souverain Sacrificateur, et seulement une fois par an le Jour des Expiations, qui était probablement le jour le plus sacré de l’année). La déchirure du voile, exposant le lieu très saint à la vue ouverte de tous comme Jésus proclamait «c’est fini», témoignait de la conclusion des cérémonies, des rituels et des fêtes de l’Ancienne Alliance; elle a révélé que même le Lieu Très Saint du temple, qui était entré seulement pendant le festival le plus sacré du « Jour des Expiations », avait atteint son accomplissement ultime à la croix, et avait vraiment fini son cours, même si Jésus proclamait « il est fini. » Ce que Jésus avait fini et accompli, l’homme ne devrait pas essayer de continuer.

Les enseignants pro-judaïsme contemporains prétendent également que le NouveauTestament révèle que l’apôtre Paul, qui a écrit beaucoup de ces Écritures que nous avons examinées, assistait toujours régulièrement aux fêtes de l’Ancienne Alliance. Cependant, une étude biblique approfondie des écrits et des voyages de Paul révèle que ces enseignants sont soit malhonnêtes soit ignorants du récit biblique de la vie de Paul. Paul n’assistait pas régulièrement à ces fêtes.

Il y avait trois fêtes principales chaque année que les Juifs vraiment religieux assisteraient sans faille. Tous les hommes juifs qui croyaient sincèrement et pratiquaient la religion du judaïsme seraient sûrs d’être présents à ces fêtes. La vie de Paul en tant que chrétien a duré environ trente ans, de la « mi-trentaine » à la « mi-sixties » AD. Cela signifie que Paul aurait eu l’occasion d’assister à environ quatre-vingt-dix de ces grandes fêtes au cours de sa vie de chrétien. Cependant, la Bible révèle que Paul a assisté, tout au plus, à quatre ou cinq de ces quatre-vingt-dix fêtes!

Le livre de Galates révèle que Paul ne visita même pas Jérusalem pendant plus de trois ans après sa conversion, et qu’il ne resta que quinze jours; en outre, il déclare qu’il n’est pas retourné à Jérusalem encore pendant quatorze ans (Galates 1:18; 2: 1). Actes chapitres treize et quatorze couvrent le premier voyage missionnaire de Paul à travers les villes des gentils. La plupart des historiens conviennent que ce voyage doit avoir duré au moins deux ans. Actes 15:40 à Actes 18:18 révèle que, pendant son deuxième voyage missionnaire, Paul a passé au moins trois ans à voyager à travers de nombreuses villes païennes. Actes 18:23 à Actes 21:15 révèle que le troisième voyage missionnaire de Paul parmi les gentils a également duré une période d’au moins trois ans. Le livre des Actes déclare également que Paul a passé deux ans en « assignation à domicile » sous un gouverneur romain nommé Felix à Césarée, et qu’il a passé deux années supplémentaires en résidence surveillée à Rome (Actes 24:27, 28:30). En outre, le gouverneur romain Festus avait prévu des périodes supplémentaires d’assignation à résidence dans les chapitres vingt-cinq et vingt-six. Lorsque la vie de Paul est soigneusement décrite dans la Bible, il est clair qu’à l’exception de «au plus» quatre ou cinq brèves visites à Jérusalem, il a passé toute sa vie chrétienne loin de Jérusalem. L’apôtre Paul n’a assisté, tout au plus, que quatre ou cinq fêtes juives au cours de ses trente années de christianisme! Il est évident que ces fêtes n’étaient pas significatives sur le plan religieux pour Paul.

Il est également intéressant de noter que Paul explique la motivation qui a motivé sa participation aux quelques fêtes auxquelles il a participé. Dans 1 Corinthiens 9: 19-22 il déclare qu’il rencontrerait des gens partout où ils étaient, afin de les gagner à Christ. Il dit qu’il est devenu tout pour tous les hommes, afin qu’il puisse les sauver. Il déclare spécifiquement qu’à ceux qui étaient «Juifs» ou sous la loi, il s’est également comporté comme la loi. En fait, il déclare même clairement qu’il l’a fait afin de gagner les Juifs et ceux qui étaient sous la loi. Paul pratiquait parfois et adhérait à certaines cérémonies et ordonnances de l’Ancienne Alliance comme une «incursion» pour évangéliser les Juifs. En fait, il n’y participait que rarement, et n’encourageait jamais les autres à le faire. L’affirmation par les professeurs contemporains et pro-judaïsme que Paul a régulièrement assisté à ces fêtes juives est une erreur flagrante.

Une autre fausse revendication des enseignants contemporains pro-judaïsme devrait probablement être également abordée. Quelle est cette revendication? Ces enseignants disent que, même si Jésus a accompli les «Fêtes du Printemps», comme les Fêtes de la Pâque et de la Pentecôte, les trois «Fêtes d’Automne» ou festivals: La Fête des Trompettes le premier jour du septième mois de la calendrier, le Jour des Expiations, le dixième jour du septième mois, et la Fête des Tabernacles commençant le quinzième jour du septième mois; ils disent que ces « Fêtes d’Automne » n’ont pas été accomplies, et, par conséquent, devraient être gardées par les Chrétiens. Il est suggéré que la Fête des Trompettes représente «l’enlèvement secret», et que Jésus enlèvera en effet Son Église au jour de la Fête des Trompettes. De même, il est suggéré que le Jour des Expiations représente le jour où Jésus reviendra comme Seigneur et Roi pour juger la terre, et que, une fois de plus, Jésus reviendra effectivement pour faire cela le jour littéral des Expiations, après avoir passé sept années avec les saints enlevés au paradis. En outre, il est suggéré que la Fête des Tabernacles représente le règne millénaire de Jésus sur terre, et que Jésus commencera son règne millénaire le premier jour de la Fête littérale des Tabernacles.

Qu’en est-il? Est-ce que ces affirmations de «Fall Feast» ont un quelconque soutien biblique? Pas du tout! Dans mon article intitulé « The Secret Rapture », je présente une preuve accablante que cette « doctrine du ravissement » est contredite par des dizaines d’écritures. Par conséquent, la Fête des Trompettes représenterait un ravissement qui n’existe pas dans les Écritures. En outre, cette doctrine des «Fêtes d’Automne» enseigne qu’il y aura deux autres retours de Jésus; l’un pour ravir les saints à la fête des Trompettes, l’autre pour régner et juger la terre au Jour des Expiations. Bien sûr, cela contredit également de nombreuses écritures, comme cela est également documenté dans mon article « Secret Rapture ». La Bible enseigne qu’il y a un retour de Jésus avant le règne millénaire, pas deux. Et, pour commencer, le concept entier de prédire le jour du retour de Jésus est une contradiction directe de la déclaration de Jésus selon laquelle personne ne connaît le jour de son retour (Matthieu 24:36, Marc 13:32). Ce seul fait, que ces enseignants pro-judaïsme contredisent ouvertement les paroles de Jésus, devrait suffire à faire que tous les chrétiens sincères prennent leurs distances par rapport à ces enseignements judaïstiques.

De plus, le Jour des Expiations ne mentionnait pas la seconde venue de Jésus pour régner en tant que Seigneur et Roi. il a souligné sa première venue en tant que Sauveur, l’Agneau divin sacrificiel de Dieu. Comme il est dit dans Hébreux 9: 7-26, alors que les grands prêtres terrestres entraient dans le Lieu Très Saint une fois par an avec le « sang des animaux »; Jésus, après son sacrifice sur la croix, est entré dans le lieu très saint du ciel avec « son propre sang ». Ce texte déclare qu’Il l’a fait « une fois pour toutes » et met en contraste le sacrifice unique de Jésus-Christ de Lui-même avec les sacrifices d’animaux des grands prêtres terrestres qui devaient être offerts chaque année. Hébreux 9:26 résume ce qu’était le Jour des Expiations quand il déclare que Jésus paraissait mettre de côté le péché par le sacrifice de Lui-même. En fait, le livre du Lévitique de l’Ancien Testament, en décrivant les cérémonies du Jour des Expiations, résume aussi sa signification et son orientation dans Lévitique 16: 29-30, quand il est dit que c’était le jour où l’expiation était faite purifier les gens de leurs péchés. Tous les chrétiens matures et bibliquement informés savent que cela a été accompli par le sacrifice de Jésus Christ sur la croix.

Il est également remarquable que le rituel de la «chèvre du Seigneur» et du bouc émissaire, décrit dans le chapitre 16 de Lévitique, reçut un accomplissement parfait dans la mort triomphante du Seigneur sur la croix et dans son destin augural pour le diable. La «chèvre du Seigneur» a été sacrifiée et son sang a été introduit dans le sanctuaire pour être présenté devant Dieu pour le pardon et la rémission des péchés du peuple, symbolisant le sang versé de Jésus pour le pardon et la rémission de nos péchés. Et, tout comme le bouc émissaire, l’antithèse de la chèvre du Seigneur, a été tenu responsable des péchés du peuple, et a été chassé ou emmené dans le désert; nous voyons cela accompli dans la déclaration de Jésus que, lorsqu’il fut élevé sur la croix, le «chef de ce monde» (Satan) serait également chassé (Jean 12: 31-32). En d’autres termes, le destin de Satan était scellé. Il serait également tenu pour responsable de tout le péché, de la misère et de la mort qu’il a causés. En résumé, le Jour des Expiations a été parfaitement accompli par le sacrifice de Jésus-Christ sur la croix « une fois pour toutes », comme il est dit dans le chapitre neuf des Hébreux. Pour ces enseignants pro-judaïsme d’affirmer que le Jour des Expiations n’a pas encore été accompli est une attaque sur l’œuvre achevée de Jésus-Christ sur la croix.

Enfin, en ce qui concerne la Fête des Tabernacles, dans toutes les Écritures qui mentionnent cette fête dans toute la Bible, pas un seul de ces passages ne parle d’un regard vers «l’avant» du règne millénaire temporel du Messie. En fait, cette fête semble « en retard » au temps des Israélites de séjourner dans le désert, et elle semble aussi « en arrière » en remerciement pour la récolte d’automne que Dieu leur a donnée pour récolter. De plus, dans Nombres 29: 12-38, qui est la référence la plus longue et la plus détaillée à la Fête des Tabernacles dans la Bible, l’accent est presque entièrement mis sur les sacrifices d’animaux; révélant ainsi clairement, comme je l’ai déjà mentionné, que le sacrifice des animaux était aussi au cœur de cette Fête, démontrant ainsi de façon concluante que vous ne pouvez pas célébrer cette fête sans l’offre de sacrifices d’animaux. Donc, soit vous gardez la Fête, et offrez les animaux sacrificiels que Dieu a commandés, soit vous ne les gardez pas du tout parce que vous reconnaissez que Jésus l’a parfaitement accompli. Une fois de plus, Dieu n’a pas autorisé une observance festive «partielle» n’importe où dans l’Écriture, où vous choisissez et choisissez des parties de la fête que vous n’obéirez pas ou n’obéirez pas.

Il est également remarquable, comme documenté précédemment, que la « seule » référence du Nouveau Testament qui mentionne nommément la Fête des Tabernacles, dans Jean 7: 2, se réfère maintenant à cette fête comme la Fête des Tabernacles des Juifs, pas comme la fête du Seigneur. ou comme un festin chrétien. C’est parce que Jésus a aussi accompli cette fête. Vous voyez, nous tous, avant d’accepter Jésus comme notre Sauveur et notre Seigneur, errions et demeurions dans un «désert spirituel» sec et aride. Pourtant, Dieu nous a aussi aimablement et fidèlement pourvus et nous a protégés dans nos errances spirituelles et sauvages dans le passé, tout comme il l’a fait pour les Juifs dans leur errance et leur séjour dans le désert physique et littéral. Et maintenant, à cause de Jésus-Christ, nous ne demeurons plus dans un désert spirituel; Nous demeurons maintenant en Jésus-Christ, comme la branche demeure dans la vigne (Jean 15: 1-8). Et, nous ne célébrons plus une récolte littérale et physique de fruits, comme les Juifs l’ont fait dans l’Ancienne Alliance, mais nous célébrons une moisson spirituelle de porter le fruit spirituel qui résulte de notre demeurer en Christ; c’est-à-dire le « fruit de l’esprit » et le fruit des âmes sauvées résultant de notre relation personnelle avec Jésus. Dans l’Ancienne Alliance, les Juifs ont gardé et célébré des « types et des symboles ». Dans la Nouvelle Alliance, nous célébrons la réalité et l’accomplissement parfaits de l’Évangile de Jésus-Christ. Quel Chrétien mûr et spirituel voudrait retourner à la célébration des maigres types et symboles de l’Ancienne Alliance, alors que nous avons l’évangile glorieux de la Nouvelle Alliance de Jésus-Christ? En fait, c’est exactement ce que Paul demande à l’Église chrétienne en Galatie, qui a été envahie par des enseignants similaires du judaïsme (Galates 4: 9-11).

Une autre «question judaïque» concerne l’exigence supplémentaire que de nombreux enseignants de «l’Ancienne Alliance» tentent d’imposer aux chrétiens, en soulignant la grande importance d’énoncer le nom de notre Sauveur comme «Yahshua», au lieu de Jésus. Ces enseignants soulignent que Marie et Joseph auraient parlé hébreu, et que l’ange Gabriel aurait donc aussi prononcé le nom de Jésus en hébreu. C’est peut-être vrai, mais le fait est que, dans la langue originale de l’Écriture, Jésus n’est pas appelé par le mot hébreu Yahshua une seule fois dans toute la Bible!

L’Ancien Testament, qui a été écrit en hébreu, ne parle jamais le nom réel du Messie à venir. Par conséquent, Jésus n’est pas appelé Yahshua dans tout l’Ancien Testament. Yahshua est utilisé à plusieurs reprises pour Josué dans l’Ancien Testament, mais jamais pour Jésus.

Le Nouveau Testament, qui a été écrit en grec, parle du nom de Jésus des centaines de fois, et à chaque fois il est écrit en grec comme « Iesous » (ee-ay-sooce). Le mot hébreu original de Yahshua n’est pas utilisé une seule fois pour Jésus dans tout le Nouveau Testament non plus. Par conséquent, comme indiqué précédemment, Jésus-Christ n’est jamais appelé Yahshua dans toute la Bible!

Il est à noter que la Bible déclare que toute l’Écriture est inspirée par Dieu, et que les saints hommes de Dieu ont parlé comme ils ont été touchés par le Saint-Esprit. Par conséquent, nous savons aussi que Dieu a utilisé la formulation originale qu’il voulait quand les Écritures ont été écrites. S’il était si important que les chrétiens disent le nom de notre Sauveur Yahshua, certainement Dieu aurait fait en sorte d’inclure le mot hébreu Yahshua pour le nom de Jésus quelque part dans la Bible, mais il n’apparaît jamais dans la langue originale comme le nom de notre Sauveur dans toute l’Écriture.

Il est également intéressant de noter que l’évangile de Marc utilise au moins six mots hébreux ou araméens originaux (désormais simplement cités comme hébreu par souci de concision), mélangés à son évangile écrit en grec. Il utilise les mots hébreux « ephphatha », « talitha », « cumi », « Eloi », « lama » et « sabachthani ». Cependant, Mark n’utilise jamais le mot hébreu original Yahshua pour se référer à Jésus. Mark se réfère à Jésus par le mot grec « Iesous » 96 fois, mais pas une fois il l’appelle Yahshua. Pourquoi pas? Mark utilise au moins six autres mots hébreux originaux dans son compte de l’Évangile.

Dans l’évangile de Jean, nous trouvons également le même scénario. Jean utilise plusieurs fois les dérivés hébreux pour «Messie», «rabbin» ou «rabboni» dans son récit évangélique écrit en grec. Cependant, Jean n’utilise jamais le mot hébreu Yahshua pour se référer à Jésus. Jean se réfère à Jésus plus de 250 fois, et utilise le mot grec « Iesous » à chaque fois. Si dire Yahshua est aussi important que le prétendent ces anciens maîtres de l’alliance, certainement Marc ou Jean aurait utilisé Yahshua au moins une fois, car ils utilisaient d’autres mots et dérivés hébreux. Pourquoi n’ont-ils pas? La réponse est évidente. Cette «doctrine Yahshua» moderne n’est rien de plus qu’une nouvelle forme de légalisme, qui n’a absolument aucun fondement dans l’Écriture. Dieu nous rencontre tous partout où nous sommes. Il communique avec les Chinois en chinois. Il communique avec les Français en français. Il communique avec les Grecs en langue grecque. Et, Il communique avec le monde anglophone, en anglais. Notre Sauveur nous est connu comme Jésus.

Cuisiner – improviser cuisiner ou cuisiner sans filet

Une définition vague du mot improvisation consiste à inventer, composer ou exécuter quelque chose de façon extemporanée. Par exemple, si vous avez déjà vu un film de Woody Allen, ri d’un sketch sur Saturday Night Live ou entendu Miles Davis jouer des notes de musique qui ne sont pas liées à cette terre, vous avez expérimenté l’improvisation en action. Comme dans les films, la comédie à sketches ou le jazz, la joie de la cuisine improvisée réside dans les résultats qui découlent de la création inspirée.

Comment utilisez-vous une recette? Suivez-vous chaque étape et mesurez chaque ingrédient avec la précision d’un chimiste? Mesurez-vous nerveusement le temps de cuisson de vos biscuits en appuyant sur votre pied à la cadence de la minuterie? Nous exécutons cet art culinaire pour plaire plus que nos estomacs, les raisons trop nombreuses pour être mentionnées. Quelle que soit la raison pour laquelle nous l’abordons habituellement avec une recette en main. Souvent, une recette que nous ne comprenons pas. L’essence de Improv Cooking, avec son approche quelque peu zen, vous demande de l’imagination et de l’instinct pour vous aider à résoudre l’énigme de la recette.

Les étapes vers la cuisine improvisée

La cuisine d’improvisation ne consiste pas tant à lire et à suivre une recette qu’à utiliser des compétences et des techniques pour amener une recette à un autre niveau ou créer une recette à partir d’un simple garde-manger rempli d’ingrédients. Vous devez posséder un certain niveau de compétence et de compréhension avant de plonger dans n’importe quel type de cuisine. Improv Cooking n’est pas différent. Cela vous force aussi à faire confiance à votre instinct. Suivez ces sept étapes simples et vous serez bientôt libre d’ouvrir le réfrigérateur et de commencer à cuisiner.

# 1 goûter autant de différents styles de cuisson que possible

C’est probablement la plus simple de toutes les techniques d’Improv à apprendre et à maîtriser. Il suffit de manger autant de styles de cuisson différents que possible. L’axiome est simple. Plus vous êtes exposé, plus vous deviendrez imaginatif. Remplissez vos écouteurs avec rien d’autre que Britney et il serait certainement difficile d’imaginer le saxophone de Charlie Parker. Par conséquent, ne mangez rien d’autre que le même restaurant ou la même cuisine maison et votre vocabulaire de cuisine le reflètera.

# 2 Comprendre les techniques fondamentales de base de la cuisine

Vous ne pouvez pas choisir une trompette et vous attendre à ressembler à Miles Davis sans savoir quelques choses en premier. Je n’entrerai pas dans toutes les choses qui pourraient et iront mal. Je suis sûr que vous avez l’image. Eh bien, Improv Cooking suit les mêmes règles. Vous ne pouvez pas vous attendre à être capable de sortir un Coq Au Vin parfait sans connaître les techniques utilisées pour le faire. Mais, les récompenses seront plus grandes une fois que vous faites. La liste suivante est plus que juste les fondamentaux de base cependant. J’ai énuméré toutes les techniques et méthodes qui importent au cuisinier expérimenté.

Le groupe du four

Torréfaction – Cuisson avec chaleur sèche qui entoure la nourriture avec autant de chaleur directe que possible.

Pan Roasting – Le petit secret méfiant de chaque cuisine professionnelle. Ceci est une combinaison de la méthode de démarrage de la nourriture dans une poêle chaude puis finition dans un four chaud.

Griller – Un cousin à griller, c’est la cuisson directe à la chaleur avec la source de chaleur au-dessus de la nourriture au lieu de dessous.

Braisage – La cuisson à la chaleur humide est généralement réalisée dans un récipient scellé comme un four hollandais, un tajine ou un pot en grès.

Cuisson au four – Méthode de cuisson à la chaleur sèche faisant généralement référence aux pains, pâtisseries, etc.

Le groupe Wet

Bouillir – Cuisson dans une grande quantité de liquide, généralement de l’eau.

Cuisson à la vapeur – Cuisson dans un récipient scellé avec une petite quantité de liquide (généralement de l’eau mais pas spécialement) avec les aliments suspendus au-dessus du liquide afin qu’il ne vienne en contact avec les vapeurs de vapeur.

Braconnage – Mieux connu comme méthode de cuisson des œufs, du poisson et peut-être du poulet. C’est cuire dans un liquide immobile chaud où le liquide n’atteint jamais plus qu’un simple mijotage.

Le groupe de friture

Sauté – Cuisiner dans une poêle chaude avec peu ou pas de graisse (beurre, huile, etc.)

Pan friture – Très similaire à la sauce, sauf fait avec plus de matières grasses. Parfois assez pour immerger la nourriture.

Sauté – La méthode asiatique de cuisson dans une poêle extrêmement chaude, généralement un wok, avec très peu de graisse tout en gardant la nourriture presque en mouvement constant.

Friture – Cuisiner en plongeant totalement la nourriture dans de la graisse chaude. La graisse fait le travail de cuisson en encerclant la nourriture avec de la chaleur, ce qui lui permet de cuire plus rapidement l’étanchéité dans les jus et les saveurs naturelles. Si c’est fait correctement, ce n’est pas le démon de la santé que la plupart des gens pensent qu’il est.

Le groupe de plein air

Griller – Cuire sur la chaleur directe avec la nourriture habituellement soutenue par une sorte de grille. Cette méthode peut être réalisée à l’intérieur aussi bien avec le bon équipement.

Fumer – Il s’agit en fait de deux sous-groupes. Le fumage à chaud fait cuire à des températures qui feront cuire la nourriture en même temps qu’elle infuse la nourriture avec un arôme de fumée. Le fumage à froid est fait avec la source de chaleur séparée de la chambre de cuisson, de sorte que la nourriture est enveloppée dans de la fumée à basse température qui infuse la saveur sans cuisson.

Rôtisserie – Comme la cuisson au gril, cette méthode ne doit pas nécessairement être faite à l’extérieur pour les chanceux qui ont la capacité dans une cuisine bien équipée. D’une manière ou d’une autre, il s’agit de faire cuire les aliments en suspension ou à côté de la chaleur directe et de les faire tourner par des moyens mécaniques.

Le groupe Sauce

Voici où cela devient un peu risqué et peut séparer les cuisiniers des prétendants. Certaines de ces techniques sont mieux apprises au coude de quelqu’un qui a été là avant. Mais ne laissez pas cela vous empêcher de creuser et d’essayer par vous-même. Vous pouvez venir avec des choses assez horribles, mais la tentative vous apprendra beaucoup.

Stock – Une pierre angulaire de la cuisine, que ce soit de la viande, du poisson, de la volaille ou des légumes. Une cuisson basse et lente qui vise à attirer l’essence même de la saveur dans une forme liquide.
Sauce brune – Habituellement faite avec du boeuf ou du veau, mais peut être faite avec n’importe quel fond brun fait à partir d’os rôtis, aromatisé avec des herbes aromatiques et des légumes.
Demi-Glace – Similaire à la sauce brune faite uniquement sans épaississant et réduite pour épaissir et intensifier les saveurs.

Sauce blanche – Aussi connue sous le nom de Béchamel, faite avec du lait et / ou de la crème et épaissie avec un roux (farine et pâte de beurre)

Veloute – Construit très semblable à la sauce blanche, sauf que le lait est remplacé habituellement par un stock de viande ou de volaille de couleur claire. Il est souvent enrichi avec des jaunes d’œufs et du beurre à la finition.
La famille « Aise » – Cela comprend la hollandaise et toute sa descendance comme la béarnaise, le choron etc. et la mayonnaise et tous ses descendants comme l’aïoli, la rémoulade etc. Ce sont toutes des sauces émulsionnées avec des bases d’œufs et un corps composé principalement d’huile ou de beurre.

Autres émulsions – Cela peut aller des sauces au aïoli ou au beurre aux vinaigrettes, en passant par les sauces épaissies ou finies à la dernière minute avec du beurre et / ou de la crème.

Sauce – Une sauce en termes simples seulement. Les sauces sont habituellement faites avec les jus recueillis à partir des viandes ou de la volaille à rôtir. Les variétés non-épaissies sont parfois appelées « Jus » dans le menu moderne vernaculaire.

Le groupe de soupes

La famille copieuse – Cela comprend toutes les variétés que vous voulez servir dans des bols de taille de repas comme le ragoût de boeuf, le poulet et les boulettes de pâte, le chili, la soupe et minestrone.

Bisque – Soupe aromatisée d’habitude et intensément qui a été épaissie avec du riz, des pommes de terre ou une pâte de farine appelée panade.

Purées – Similaire à la bisque dans la nature, mais généralement faite avec un seul arôme végétal et épaissie en purifiant la masse entière par des moyens mécaniques ou manuels. Souvent, ces soupes sont finies avec de la crème.

Crèmes – Toute soupe, épaisse ou mince, où une partie importante du liquide est soit du lait ou de la crème.
Bouillon – Souvent confondu avec le bouillon, les deux sont des liquides qui ont été aromatisés avec des aromates. Mais le bloc de base du stock est constitué d’os alors que le bouillon est composé de morceaux de viande lui donnant plus de collagène. C’est la qualité de collage des lèvres qui donne au bouillon son corps visqueux.

Consommé – Un bouillon clarifié aux blancs d’œufs

Le groupe divers

C’est un mélange de techniques qui vous donnera un peu plus de profondeur à votre créativité.
Papillote, paquets et pochettes – C’est là que la nourriture est emballée et scellée dans du papier, du papier d’aluminium ou parfois une enveloppe naturelle comme la balle de maïs ou la feuille de bananier. Les emballages peuvent être cuits au four, cuits à la vapeur, bouillis ou grillés.

Dumplings – Ceci est une très large catégorie d’aliments et de méthodes qui comprend de nombreuses variétés que je vais casser en deux familles. La variété de pâte farcie et la variété de pâte à part. Les parents de pâte remplis ont des noms comme des raviolis, dim sum, kreplach ou pierogi. Après le remplissage, ces frères et soeurs succulents peuvent être cuits à la vapeur, bouillis, cuits au four ou frits. Le rien, mais les relations de pâte vont généralement juste le nom « boulette », mais ont parfois l’arôme principal précédant leur nom de famille comme la pomme ou l’oignon. Aussi sur cette branche de l’arbre sont des chiots de silence, des zeppoli et des boules de mésoth.

Croquettes – D’habitude un plat frit, mais parfois cuit. Un remplissage doux de toute sorte de viande, fromage, légume ou fruit enfermé dans une coquille croustillante.

Brining – Très populaire ces jours-ci. Outre la dinde à Thanksgiving, c’est une étape essentielle dans le processus de fumer certains aliments, comme le saumon ou le jambon. Mais se tiendra souvent seul dans les aliments comme le gravlax ou le prosciutto.

Paté – Un terme français pour décrire un plat fait avec de la farce d’entrailles ou toute sorte de viande. Mais la technique se produit dans d’autres cuisines et a récemment été marquée à concoctions de légumes ou de fruits ainsi. Le pain de viande froide esttechniquement un pâté.

Charcuterie – Pardon mon français, mais ils ont eu une énorme influence sur le monde de la cuisine. Ce terme couvre toutes les manières de faire la saucisse et la conservation des viandes.

Le groupe de Baker

Ce groupe de techniques est l’endroit où l’art de cuisiner rencontre la science de la nourriture. La précision dans la mesure, la combinaison des ingrédients et la technique sont de la plus haute importance. La discipline et une stricte adhérence à la formule doivent remplacer l’attitude plus souple que vous pouvez donner à d’autres domaines de la cuisine. Mais, comme dans la vie, il n’y a pas d’absolu. Une fois maîtrisées, ces techniques révèlent plusieurs façons de modifier et d’étirer une recette à votre gré.

Pains de levure – Ils peuvent être savoureux ou sucrés, pains, petits pains ou beignets. Ils peuvent être cuits, frits ou cuits à la vapeur.

Pains rapides – Le «Quick» désigne généralement le levain actif obtenu avec les œufs, le bicarbonate de soude, la poudre à pâte et toute combinaison de ceux-ci. Ceux-ci peuvent être cuits dans des pains ou des tasses (alors ils sont appelés muffins). Ou cuit à la vapeur dans des moules qui changeront leur nom en pudding.
Tartes, tartelettes et cordonniers – Qu’il s’agisse d’une croûte ou de deux, d’un plat à la main ou d’un plat profond, d’une garniture à la crème, d’un fruit, d’une crème ou d’une viande. La construction de base varie très peu.

Gâteaux et Tortes – Les blocs de base de la farine (habituellement le blé mais peuvent varier), l’édulcorant (sucre, miel) et le levain (très similaire au pain rapide) changent rarement. Les différences viennent toutes dans l’arôme et la construction finale.

Glaçons et Glaçons etc. – Vraiment un sous-groupe de gâteaux et tortes, mais à cet effet, il est seul. J’inclus dans cette arène fondant, crème au beurre, ganache, glaçage bouilli et toutes les merveilleuses créations faites avec du sucre tiré.

Soufflés et Mousse – Un obstacle apparemment décourageant pour le novice, mais une fois la simple construction de base aromatisée éclaircie avec des blancs d’oeufs dans le cas du soufflé ou de la crème fouettée pour la mousse, le ciel est la limite.

Custards – Apprendre à gérer les deux races, cuites au four et cuites au four à la chaleur, ouvre des possibilités de variations sucrées et salées.

Puddings – Un processus difficile à cerner en raison de la vaste gamme d’aliments qui peuvent être appelés puddings.

# 3 Apprenez les relations de l’arôme, de la saveur, de la texture et de la couleur

Les relations entre l’arôme, la saveur, la texture et la couleur sont probablement l’aspect le plus important de la cuisine improvisée. Pour que tout plat soit bien cuit, le plat doit être entier. Il doit faire appel à tous les sens complètement et avec harmonie. Le dictionnaire de Webster décrit ces éléments de la manière suivante;

Arôme – Une odeur caractéristique agréable

Saveur – l’expérience gustative quand un condiment salé est pris dans la bouche

Texture – La composition physique distinctive ou la structure de quelque chose, en particulier en ce qui concerne la taille, la forme et l’arrangement de ses parties.

Couleur – Cet aspect des choses qui est causé par différentes qualités de la lumière réfléchie ou émise par eux.
Faire en sorte que tout cela fonctionne en harmonie n’est pas une mince tâche. Que ce soit à partir de recettes ou de votre imagination, c’est le point crucial de toute cuisine. Négliger ou diminuer l’un de ces éléments résulterait en un plat incomplet. Et, en revanche, améliorer ou surestimer n’importe lequel de ces éléments aurait aussi pour résultat un plat déséquilibré et probablement peu attrayant. Alors, comment savez-vous quand vous l’avez compris? Existe-t-il une formule ou un système de mesure de ces éléments permettant d’assurer que toutes les pièces du puzzle sont en place? Non, vous savez juste quand ça marche. Même si l’équilibre de ces éléments est crucial, la bonne réponse est à vous. Laissez-vous aller et devenez le plat ou comme on l’a d’abord dit dans Caddyshack « Be the ball! » Laissez vos sens vous dire ce qui se passe dans ce pot ou cette casserole. Sentir, goûter, regarder et même écouter la nourriture pendant qu’elle cuisine. Il a une belle histoire à raconter si tu le laisses faire.

# 4 Apprenez l’art de l’accompagnement

Très peu de choses que nous cuisinons seul. Même le ragoût ou la soupe les mieux conçus devient encore plus complet et intéressant par ce qu’il est servi avec. La gamme de choix peut aller des plats d’accompagnement aux condiments en passant par les boissons et même le choix de l’éclairage ou de la musique. En fait, il y a trop de choix à discuter en détail. La meilleure façon d’aborder ce dilemme est de comprendre d’abord l’objectif. Parce qu’il y a d’énormes différences dans ces derniers, un simple repas pour deux suggère un choix différent d’un grand rassemblement familial ou d’un souper élégant. Jetez ceci dans le mélange avec votre propre niveau de capacité ou de confort avec certaines techniques et plats et bien je pense que vous obtenez mon point. Peut-être la meilleure façon d’aborder cette étape vers Improv Cooking est de commencer par ce que vous savez, car tout comme les bons accompagnements peuvent faire un repas, les mauvais peuvent tout aussi bien le détruire.

# 5 Cuisinier avec d’autres

« On peut tout acquérir dans la solitude sauf le caractère. »
Stendhal, Sur l’amour, 1822

Contrairement au jazz, à la comédie ou à l’un des autres arts de l’improvisation, où l’acte d’improvisation se fait rarement seul, on pense rarement à la cuisine comme quelque chose qui peut et doit être fait avec les autres. Pourtant, il y a des sessions d’improvisation accidentelles qui se produisent tout le temps.

Tout en développant les compétences de la cuisine improvisée, vous devez planifier plusieurs séances de cuisine intentionnelles centrées sur un plat ou un repas spécifique que deux personnes ou plus peuvent préparer ensemble. Cuisiner avec quelqu’un d’autre peut par magie ouvrir une porte à votre imagination.

# 6 Goût analytique

J’ai commencé à cuisiner parce que je voulais comprendre la magie derrière la nourriture que je mangeais. Dégustation sentir et analyser les ingrédients pour comprendre les effets que chacun peut avoir dans un plat est une compétence d’improvisation essentielle. Plus vous le faites, plus il devient facile de débloquer la magie d’un plat. Cette compétence associée à une solide compréhension de la technique vous permettra d’accomplir de grandes choses dans la cuisine.

# 7 Brisez les règles.

Sans un sens de l’exploration, qui est le briseur de règles ultime, nous n’aurions jamais marché sur la lune ou expérimenté Nouvelle Cuisine. Le programme spatial a produit des centaines de commodités modernes dont nous profitons aujourd’hui. Pourtant, de nombreux écrivains de cuisine et Chefs considèrent Nouvelle Cuisine avec le même dédain que les cols embarrassamment larges et les vêtements en polyester de la journée. Nouvelle Cuisine nous a laissé un héritage de repousser les limites. Contrairement à n’importe quelle autre période de cuisine, les chefs prenaient les attentes et nous donnaient une toute nouvelle façon de les voir. Les nourritures, les techniques et les présentations qui semblaient lointaines et étranges sont aujourd’hui devenues non seulement la norme pour beaucoup de Chefs, mais un point de départ à des manières encore plus sauvages de cuisiner. Briser les règles est le mantra dans de nombreuses cuisines aujourd’hui. Les mousses savoureuses, le papier comestible imprimé au laser, les collations mi-temps de carnaval servies dans les palais de la haute cuisine ne sont que quelques-unes des façons dont les règles sont brisées. Si quelque chose ressemble à une règle la prochaine fois que vous êtes dans la cuisine, alors cassez-le. Vous pouvez créer quelque chose de non comestible, mais vous apprendrez une leçon précieuse. Je ne saurais trop insister sur le fait qu’une fois que vous aurez combiné votre connaissance accrue des techniques, des saveurs et de la construction, votre imagination sera libre de découvrir de nouvelles avenues à explorer. Bientôt les règles commenceront à disparaître.

POITRINES DE POULET EN MOUTARDE PAN SAUCE IMPROV

Poitrine de poulet, désossée et sans peau

Beurre sans sel

Sel kasher

Poivre frais moulu

Veloute Sauce

Bonne moutarde française granuleuse

Jaunes d’œuf

Jus de citron

Ciboulette pour la garniture

Badigeonner les poitrines de poulet ou les pilonner à 1/2 po d’épaisseur, les assaisonner de sel et de poivre et les mettre dans un grand poêlon à feu moyen-vif, jusqu’à ce qu’elles soient mousseuses et commencent à dorer. Faites cuire les poitrines d’un côté puis faites-les cuire pendant environ 4 à 5 minutes, enlevez la casserole du feu et placez les poitrines de poulet dans un plat chaud et répétez l’opération si vous avez besoin de cuire. Si ce n’est pas le cas, remettez la casserole sur le feu et ajoutez la sauce veloutée, incorporez la moutarde et réduisez le feu à doux, grattez la poêle pour soulever tous les petits morceaux de poulet bruni collés à la poêle. Dans un petit bol, ajoutez un peu de sauce chaude aux jaunes pour les réchauffer puis remuez le mélange dans la sauce tiède.Retirez la casserole au feu, mais ne laissez pas la sauce bouillir.Enfin, ajoutez le jus de citron ajuster l’assaisonnement si nécessaire.
Remettre le poulet et les jus accumulés dans la sauce et réchauffer brièvement. Servir le poulet garni d’un peu de sauce et garni de ciboulette ciselée.
Astuce d’improvisation: La sauce veloute dans ce cas devrait être un peu sur le côté mince. Le mijotage dans la poêle, la moutarde et les jaunes d’oeufs auront un effet sur le fait de le rendre un peu plus épais. Prévoyez environ un tiers de sauce par poitrine de poulet.

Tobie a commencé sa carrière dans le cadre d’une famille de restaurants et de tavernes à Chicago. En tant qu’étudiant en arts libéraux au Collège Kendall, il a découvert sa vocation dans l’industrie de la restauration. Ayant quitté l’école avant d’obtenir son diplôme, il a accepté un apprentissage chez le chef John Snowden au Dumas Père L’École de la Cuisine Française. L’apprentissage classique français l’a préparé à une carrière de chef et de consultant. Laitue Entertain You Enterprises a réouvert la légendaire Pump Room en 1977, son premier projet. Depuis lors, il a utilisé ses talents créatifs en travaillant avec des restaurants dans tout le pays. Il réside actuellement à Minneapolis avec une liste active de projets de consultation, y compris, The Sample Room, une rénovation d’un ancien bar à un restaurant moderne Ike’s Bar and Grill, salle à manger classique au centre-ville de Minneapolis, Monkey Dish Bar and Grill; un concept amusant scandaleux dans la banlieue de Chicago, entre autres. Ses articles ont paru dans diverses publications locales et il fait régulièrement des apparitions à la radio et à la télévision. Il travaille sur un livre intitulé « IMPROV COOKING ».

Derniers Articles